Description de la conférence

« Patriarcat, la domination masculine est-elle une fatalité ? » 

par Jean-Paul Demoule, Christelle Taraud, Yannick Ripa et Manon Garcia. Animé par Valérie Hannin

32e Festival du film d’histoire : « Masculin-Féminin, toute une histoire » – Avec la revue L’Histoire

 Les intervenants

Jean-Paul Demoule est professeur émérite d’archéologie à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, ancien président de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il a publié Trésors de l’archéologie : petites et grandes découvertes pour éclairer le présent (Flammarion, 2019) et Homo Migrans, de la Sortie d’Afrique au Grand Confinement (Payot, 2022).

Christelle Taraud est membre associé du Centre d’histoire du XIXe siècle des Universités Paris I et IV. Spécialiste des questions de genre et de sexualité(s) dans les espaces coloniaux, elle a publié « Amour interdit ». Prostitution, marginalité et colonialisme. Maghreb 1830-1962 (Payot, 2012) et co-dirigé Sexe, race & colonies. La domination des corps du XVe à nos jours (La Découverte, 2018).

Professeure en histoire sociale et politique de l’Europe du XIXe siècle à l’université de Paris VIII, Yannick Ripa est spécialiste de l’histoire des femmes et du genre. Membre de l’UMR Sirice, elle a publié l’Histoire féminine de la France, de la Révolution à la loi Veil (2020) et Femmes d’exception, les raisons d’un oubli (2021).

 

 

Manon Garcia

Manon Garcia est philosophe, professeure junior à Freie Universität à Berlin. Elle a publié On ne naît pas soumise, on le devient (Flammarion, 2018), La Conversation des sexes, philosophie du consentement (Flammarion, 2021), et dirigé le volume Textes-clés de philosophie féministe : Patriarcat, savoirs, justice (Vrin, 2021).

Présentation du film

Epouses et concubines

De Zhang Yimou. Taiwan / Hong Kong / Chine. 1991. 2h05. Avec Gong Li, Caifei He, Cao Cuifen…

En Chine, dans les années 1920, Songlian, 19 ans, devient la quatrième épouse d’un riche quinquagénaire, maître Chen. Elle s’initie rapidement aux règles domestiques : Chen fait allumer chaque soir une lanterne rouge devant et à l’intérieur des appartements de l’épouse qu’il a choisie d’honorer. Entre les quatre femmes s’engage alors une lutte de pouvoir pour obtenir les faveurs du maître…

Chef d’oeuvre ! Ce huis-clos psychologique brillant, d’une splendeur esthétique rare, est une radiographie sans concession des mécanismes d’asservissement et de soumission. Un classique du cinéma asiatique.

© Films sans frontières