Description de la conférence

Horaires à préciser : courte présentation avant la projection du film suivie d’une intervention de François Thébaud.

Niveaux : À partir de la 4e
Matières : Histoire et géographie, Enseignement moral et civique (EMC), Anglais

Pendant des siècles, le droit de vote est universel… mais réservé aux hommes. Comme le pouvoir. Les Suffragettes est le drame historique réussi par excellence : tout est dit sur les pionnières britanniques.

Présentation de l’intervenante

Historienne, enseignante et chercheuse, Françoise Thébaud est spécialiste de l’étude de la place des femmes dans l’histoire. Ses travaux portent, dans une perspective de genre, sur la guerre, la citoyenneté sociale et politique, les féminismes, l’écriture et l’épistémologie de l’histoire. Elle est professeure émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et chargée de cours dans le Master genre de l’Université de Genève, fondatrice et codirectrice de la revue Clio, Histoire, Femmes et sociétés (1995) et ancienne Présidente de l’association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre Mnémosyne (section française de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes).

Présentation du film

Les Suffragettes

De Sarah Gavron. Grande-Bretagne. 2015. 1h46.VOSTF. Format : DCP. Copie : Pathé. Avec Carey Mulligan, Meryl Streep, Helena Bonham Carter…

© Pathé Distribution

Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. 

Servi par une distribution exceptionnelle, Les Suffragettes retrace, pour la première fois au cinéma, l’histoire méconnue qui a permis, à l’aube du XXème siècle, à des femmes d’accéder enfin à l’exercice de leurs droits civiques. La force du film est de montrer comment, après les manifestations pacifiques et l’interpellation des hommes au pouvoir, certaines femmes, enflammées par les discours d’Emmanuelle Pankhurst, fondatrice du Women’s Social and Political Union, sont prêtes à tout risquer pour obtenir le droit e s’exprimer. La réalisation dépeint sans détour des hommes sûrs de leurs bons droits, méprisants et hypocrites, souvent brutaux. La prise de conscience d’une mère de famille ouvrière ey son engagement militant obstiné constituent le fil rouge historique et dramaturgie de cette fiction juste et convaincante. Sarah Gavron signe un film consciencieux qui ne manque pas de faire un petit appel du pied  à l’actualité, rappelant dans son générique de fin, que dans certains pays encore aujourd’hui, ce droit essentiel est toujours dénié.