Description de la conférence

Horaires à préciser : courte présentation avant la projection du film suivie d’une intervention en salle.

Niveaux : À partir de la 4e
Matières : Histoire et géographie, Enseignement moral et civique (EMC), Sciences économiques et sociales (SES)

Une délicieuse fiction britannique dédiée à la bataille pour l’égalité salariale menée par des ouvrières de chez Ford. L’égalité hommes-femmes en entreprise : un combat de longue haleine. 

Quelques dates clés en France :

1972 – Loi sur l’égalité salariale

Presque 10 ans après les Etats-Unis, la France légifère sur l’égalité salariale avec la loi du 22 décembre 1972, inscrivant dans le Code du Travail que : « Tout employeur est tenu d’assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes. »

1983 – Première loi sur l’égalité professionnelle

La loi Roudy, adoptée le 13 juillet 1983, interdit toute discrimination liée au sexe dans le domaine professionnel (embauche, salaire…) et prévoit la possibilité d’avoir recours à des mesures pour obtenir l’égalité.

INTERVENANT.E EN ATTENTE.

Présentation du film

We want sex equality

De Nigel Cole. GB. 2010. 1h53. VOSTF. Format : DCP. Copie : ARP. Avec Sally Hawkins, Rosamund Pike…

Au printemps 68 en Angleterre, une ouvrière découvre que, dans son usine, les hommes sont mieux payés que les femmes. Elle va alors mener une bataille acharnée pour obtenir justice pour elle et ses collègues…

Dans la lignée des Virtuoses, autre bijou social anglais tiré de faits réels, We want sex equality raconte avec humour et émotion le combat mouvementé d’ouvrières engagées dans une grève historique, qui aboutira à l’adoption de l’Equal Pay Act de 1970, interdisant la discrimination salariale entre hommes et femmes au sein des entreprises. Au-delà du récit factuel d’un conflit social, Nigel Cole dresse le portrait de femmes animées par un désir d’émancipation dans l’Angleterre des années 60, qui bousculent la société sexiste et paternaliste de leur temps. Difficile de rester insensible à l’énergie communicative de Sally Hawkins, qui plus sur un sujet ô combien d’actualité.